Bienvenue aux Nations Unies

La réforme des opérations

  • Plus de 5.200 déplacés internes travaillent actuellement comme volontaires de politique communautaire dans tout le Darfour, tous formés et équipés par la MINUAD et le PNUD, assurant la liaison entre la communauté locale et les policiers.
    Photo ONU/Albert Gonzalez Farran
Au cours de ses soixante années d’existence, le maintien de la paix des Nations Unies a considérablement évolué en tant qu’outil de réaction aux crises internationales.

Le maintien de la paix des Nations Unies s’est avéré être un instrument essentiel pour la paix et la sécurité mondiales au fil des ans. Nos quinze opérations de maintien de la paix dans le monde aujourd’hui illustrent la vaste gamme de mécanismes, de stratégies et de ressources que les Nations Unies mobilisent pour appuyer la paix et la sécurité.

Cependant, ces dernières années, nos missions ont été déployées dans des environnements de plus en plus difficiles et complexes, alors même que la demande de maintien de la paix augmentait. Nos processus de base n’ont pas suivi ces demandes. La mise en œuvre du mandat est entravée par la lenteur de la fourniture de services, la micro-gestion par des organes directeurs, un déficit de confiance avec les États Membres et le personnel, des ressources inadéquates, une mise en œuvre inefficace des mandats et le manque de transparence et de responsabilisation.

Action pour le maintien de la paix

Les opérations de maintien de la paix des Nations Unies jouent un rôle déterminant pour ce qui est d’assurer la sécurité et de consolider la paix dans de nombreux cas. Pourtant, le maintien de la paix est confronté à plusieurs défis qui minent sa capacité à remplir ses mandats. Les solutions politiques sont souvent absentes et les missions semblent avoir des mandats qui manquent d'orientation et de priorités claires. Des menaces complexes dans plusieurs environnements provoquent une augmentation du nombre de victimes et de blessés parmi les Casques bleus, et les missions ont parfois manqué de personnel et d'équipement pour faire face à ces menaces. Les opérations de maintien de la paix ont également rencontré des difficultés pour s'acquitter de mandats de protection et pour contribuer à une paix durable à long terme, et pour parvenir à la cohérence avec d'autres acteurs opérant dans les mêmes contextes.

Pour relever ces défis, le Secrétaire général a annoncé une « Action pour le maintien de la paix » afin de renouveler l'engagement politique mutuel en faveur des opérations de maintien de la paix. Le Secrétaire général a appelé les États Membres à se joindre à lui pour élaborer un ensemble de principes et d'engagements mutuellement convenus afin de créer des opérations de maintien de la paix adaptées à l'avenir, l'objectif étant de parvenir à un accord formel d'ici la fin 2018.

Réforme en 2017 

Le Secrétaire général António Guterres a proposé des réformes dans l’architecture de paix et de sécurité des Nations Unies, dans le système de gestion et les structures de l’ONU, ainsi que dans le système de développement des Nations Unies.

Sa vision de la réforme des opérations de paix place la politique au centre de notre travail. L’objectif global est de réduire la fragmentation pour une meilleure exécution, de rendre le pilier paix et sécurité plus cohérent et efficace en donnant la priorité à la prévention, au maintien de la paix et à la réalisation du Programme 2030.

Plusieurs examens stratégiques des principales opérations de maintien de la paix ont également été lancés, qui évalueront la présence de conditions propices à une mise en œuvre réussie du mandat en vue de recommander des ajustements au Conseil de sécurité. Les paramètres d’évaluation incluront la pertinence des mandats, l’environnement politique et la volonté des principales parties, l’avantage comparatif de nos opérations vis-à-vis des partenaires régionaux, onusiens et autres, et la configuration du soutien à la mission.

Ces examens permettront d’identifier des idées pour de nouvelles approches améliorées du maintien de la paix et renforceront notre coopération en matière de prévention par des mesures rapides, plutôt que de simplement réagir aux flambées de violence.

Un groupe indépendant de haut niveau chargé d'étudier les opérations de paix des Nations Unies

Le 31 octobre 2014, l’ancien Secrétaire général Ban Ki-moon a établi un Groupe indépendant de haut niveau chargé d’étudier les opérations de paix des Nations Unies pour procéder à une évaluation complète de l’état actuel des opérations de paix des Nations Unies, et des besoins émergents du futur. Annonçant cette décision, le Secrétaire général a déclaré que « le monde change et les opérations de paix des Nations Unies doivent changer avec lui pour rester des outils indispensables et efficaces pour promouvoir la paix internationale et la sécurité ». Le quinzième anniversaire du Rapport Brahimi approchant, le Secrétaire général a le sentiment qu’il est nécessaire de faire le point sur l’évolution des attentes sur les opérations de paix des Nations Unies et comment l’Organisation peut travailler à une vision partagée de la voie à suivre.

Le groupe de 16 membres était présidé par M. Jose Ramos-Horta (Timor-Leste). Mme Ameerah Haq (Bangladesh) était vice-présidente. Il rassemblait plusieurs individus avec un large éventail d’expériences et d’expertise.

Le Groupe s’est penché sur un large éventail de problèmes qui se posent aux opérations de paix, incluant la nature changeante des conflits, l’évolution des mandats, les bons offices et défis de paix, les arrangements administratifs et de gestion, la planification, les partenariats, les droits de l’homme et la protection des civils. L’examen englobe aussi bien les opérations de maintien de la paix des Nations Unies et les missions politiques spéciales, qui sont dénommées collectivement comme les opérations de paix des Nations Unies.

Le groupe indépendant a remis son rapport au Secrétaire général le 16 juin 2015. Le Secrétaire général étudiera les recommandations avec attention et les transmettra à l’Assemblée générale et au Conseil de sécurité.

    Nouvel horizon

    Le processus « Nouvel horizon » a été lancé en 2009 pour :

    • Identifier les principales problématiques auxquelles sont confrontées les opérations contemporaines de maintien de la paix des Nations Unies en matière de politiques et de stratégie et celles qui sont à prévoir au cours des quelques prochaines années ; et
    • Relancer le dialogue commencé avec les acteurs sur les mesures qui pourraient être adoptées pour mieux adapter les opérations de paix de l’ONU aux besoins actuels et futurs.

    L’Agenda pour un nouveau partenariat : un nouvel horizon pour les opérations de maintien de la paix de l’ONU est un document interne préparé dans le cadre de l’approche « Nouvel horizon » qui vise à définir les futures orientations des opérations de maintien de la paix de l’ONU. Il reflète les points de vue du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP) et du Département de l’appui aux missions (DAM).

    Ce document a été présenté aux États Membres et aux partenaires engagés dans le maintien de la paix en juillet 2009. Il proposait un dialogue approfondi en vue d’élaborer une politique en matière de maintien de la paix qui prenne en compte les points de vue de toutes les parties concernées. S’appuyant sur de précédents efforts de réforme du maintien de la paix, le mettait en relief les améliorations apportées aux mécanismes de maintien de la paix et identifiait un certain nombre de défis, anciens ou nouveaux, qui devaient retenir l’attention des partenaires engagés dans le maintien de la paix.

    Les principaux éléments du document ont été repris par le Secrétaire général dans son rapport au Comité Spécial des opérations de maintien de la paix [A/64/573]. Ils ont servi de base aux discussions entre les partenaires pour construire une vision commune autour des mesures nécessaires à prendre pour renforcer les opérations de maintien de la paix et leur efficacité sur le plan de la sécurité internationale.

    New Horizon Booklet Cover
    L’approche « Nouvel horizon » : rapports de suivi

    Depuis la publication du document « Nouvel horizon », le DOMP et le DAM ont publié périodiquement des rapports d’activité résumant les principaux résultats du dialogue entamé sur le maintien de la paix et des efforts de mise en œuvre de l’approche « Nouvel horizon ».

    Le rapport d’étape le plus récent, le Rapport intérimaire n° 2 sur la mise en œuvre de l’approche Nouvel horizon a été publié en décembre 2011. Il souligne les progrès réalisés concernant l’application des priorités de réforme depuis la publication du premier rapport sur la mise en œuvre de l’approche Nouvel horizon en octobre 2010 et souligne les efforts continus visant à améliorer l’efficacité du maintien de la paix des Nations Unies.

    Rapport Brahimi

    En mars 2000, le Secrétaire général a nommé un Groupe d’étude sur les opérations de maintien de la paix afin de recenser les défaillances du système existant et de formuler des recommandations spécifiques et réalistes concernant les améliorations à apporter au système. Le Groupe était composé de personnes ayant une longue expérience de la prévention des conflits ainsi que du maintien et de la consolidation de la paix.

    Le résultat des travaux de ce groupe, connu sous le nom de Rapport Brahimi baptisé du nom de son Président, Lakhdar Brahimi, a recommandé notamment :

    • Un engagement politique renouvelé de la part des États Membres ;
    • De profonds changements institutionnels ;
    • Un soutien financier accru.

    Le Groupe relevait en particulier dans son rapport que, pour être efficaces, les opérations de maintien de la paix de l’ONU devaient être dotées de ressources et de matériel adéquats et opérer sur la base de mandats clairs, crédibles et réalistes.

    La réforme de la politique et des stratégies en amtière de maintien de la paix

    À la suite du rapport Brahimi, les États Membres et le Secrétariat de l’ONU ont poursuivi leurs efforts de réforme, notamment par le biais :