Bienvenue aux Nations Unies

Gestion des risques environnementaux et de la performance

  • Le personnel de la MINUAD (civils, militaires et policiers) commémore la Journée mondiale de l'environnement en plantant des arbres au quartier général de la MINUAD à El Fasher.
    Photo ONU/MINUAD/Albert Gonzalez Farran
Nous reconnaissons l’impact potentiel que nos camps et nos opérations peuvent avoir sur l’environnement, ainsi que sur l’économie locale et sur les relations avec les communautés d’accueil.

Le déploiement urgent de milliers de civils, de policiers et de militaires nécessite un important soutien logistique. Le personnel de maintien de la paix opère souvent dans les endroits les plus difficiles d’accès du monde et dans des pays disposant de très peu d’infrastructures. Pour cela, la plupart des opérations de paix doivent produire leur propre énergie électrique et utiliser une flotte de véhicules et d’avions pour gérer les opérations et la logistique, qui émettent des gaz à effet de serre et provoquent une pollution potentielle des sols.

Les grandes opérations génèrent également beaucoup de déchets solides (dangereux et non dangereux) et nécessitent l’utilisation d’eau potable et non potable, produisant par la suite des eaux usées. Ces déchets, s’ils ne sont pas manipulés correctement, peuvent avoir un impact négatif sur l’environnement du pays hôte.

Dans certains endroits comme le nord du Mali, où l’eau est une ressource rare, la communauté locale peut considérer la mission de l’ONU comme un concurrent en matière de ressources. 

Le maintien de la paix de l’ONU reconnaît ces dommages potentiels et a développé une politique globale de gestion des questions environnementales avec le Département de l’appui opérationnel (DOS) de l’ONU. Le DOS met également en œuvre une stratégie de six ans sur la gestion de l’environnement, visant à réaliser, d’ici juin 2023, sa vision pour soutenir le déploiement de « missions responsables qui atteignent une efficacité maximale dans leur utilisation des ressources naturelles et opèrent avec un minimum de risques pour les personnes, les sociétés et les écosystèmes ; contribuant à un impact positif sur ceux-ci chaque fois que cela est possible ». 

Depuis le lancement de la stratégie, le DOS a fourni des méthodes d’évaluation des risques liés aux eaux usées et aux déchets solides aux différentes missions de maintien de la paix, afin que chaque mission puisse procéder régulièrement à des évaluations des risques sur place et mettre rapidement en œuvre les mesures correctives nécessaires. Ce travail fait l’objet de rapports officiels des missions deux fois par an par le biais de l’eApp* (Résultats de la planification des mesures environnementales) qui est une nouvelle application en ligne.

Au sein de la FINUL, au Sud Liban, les points focaux de 15 missions se sont réunis pendant la semaine de la Journée mondiale de l’eau 2019 pour une formation sur les stations d’épuration des eaux usées de grande capacité. L’année suivante, plusieurs missions ont reproduit ce qu’elles avaient appris à cette occasion.

En 2019, la MINUSS a été la première mission à piloter sur le terrain l’application de l’évaluation des risques environnementaux (actuellement pour les risques liés aux eaux usées) (ERAw²). L’application est utilisée pour faciliter l’identification du risque lié aux eaux usées directement sur le site, en permettant la collecte de données en temps réel combinée à des informations géospatiales.

Depuis 2018, l’UNSOS développe son plan de gestion des déchets qui vise à réduire à la source et à maximiser la récupération des déchets par le recyclage. La mission est maintenant totalement autonome en ce qui concerne la plupart des déchets non recyclables et non dangereux incinérés dans ses installations. L’UNSOS est également un pionnier dans la mise en œuvre du concept de chantiers de gestion centralisée des déchets, avec l’UNISFA.

Pour plus d’informations sur nos efforts de réduction de notre empreinte écologique et d’autres exemples de bonnes pratiques, veuillez consulter le site Pages de l’ONU relatif à l’appui sur le terrain en matière d’environnement

 

*eApp : cette application, qui remplace l’ancien format Excel du MEAP (Plan d’action de la Mission relatif à l’environnement), a été lancée en juillet 2020. Le logiciel eAPP est une plateforme en ligne dédiée aux opérations de paix, qui permet d’améliorer leurs performances environnementales et leur gestion des risques. Il fournit des outils pour la collecte, la validation, l’approbation et la communication des données, ainsi que des outils d’analyse et de visualisation pour faciliter la prise de décision