Bienvenue aux Nations Unies

Vakaga : Des activités génératrices des revenus pour plus de 1000 personnes  

Dans le cadre du Programme de Réduction de la violence communautaire (CVR), le Bureau de la MINUSCA à Birao, à travers la Section Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR), contribue à restaurer un climat de paix et de cohésion sociale dans la Vakaga par l’amélioration des conditions de vie des populations majoritairement désœuvrées et de la jeunesse encline à la violence. 

Ce sont plus 1000 personnes dont 629 femmes qui ont bénéficié des formations socio-professionnelles dans divers secteurs d’activités, notamment la maçonnerie, la menuiserie, la restauration, le commerce et l’agriculture. Ces formations leurs ont permis de s’installer à leur compte à travers des activités génératrices de revenus et loin de l’influence des groupes armés. Ces hommes et femmes parle du changement que ces activités ont apporté dans leur vie.

Après avoir suivi trois mois de formation en restauration, Djeneba Inglish, mère de huit enfants a pu ouvrir un restaurant grâce auquel elle arrive à subvenir aux besoins de sa famille. « Après ma formation en restauration, la Section DDR m’a remis des équipements de cuisine et un fond pour démarrer mes activités.  Je travaille avec d’autres femmes avec lesquelles j’ai constitué une association. Lorsque nous avons un marché, nous faisons un bénéfice de plus de 50% de nos dépenses initiales. Nos principaux clients sont l’Etat, la MINUSCA et les ONG qui travaillent à Birao et dans les villages environnants », a-t-elle souligné. 

Pour sa part, Amal Awal a bénéficié des compétences théoriques et pratiques en menuiserie. Marié et père, il explique l’impact que le projet CVR a eu sur son quotidien. « Aujourd’hui, il y a eu un grand changement dans ma vie. Cette formation m’a permis d’apprendre comment vivre et travailler en équipe. Je crois que c’est l’essence même du Programme CVR qui vise à réduire les violences communautaires et à renforcer le dialogue social », a-t-il témoigné.  Il lance par ailleurs un message à ses camarades. « Mon message à l’endroit de tous les jeunes de la Vakaga, c’est de leur demander de déposer les armes, surtout ceux qui sont toujours dans les groupes armés. Qu’ils cherchent à apprendre un métier ».

Dans le souci de rassembler les divers ateliers professionnels dans le cadre de la formation et de l’épanouissement des populations de Birao, un centre polyvalent a été construit dans la ville de Birao, courant 2021-2022.  Depuis sa création, ce centre a accueilli 317 bénéficiaires sur les 500 pris en compte au cours de l’année 2021-2022.

Veuve et mère de trois enfants, Ousna Zackaria est aussi l’une des bénéficiaires du Programme CVR. Elle est devenue monitrice en informatique grâce aux différentes compétences professionnelles acquises.  « J’ai bénéficié d’une formation de trois mois en informatique. J’ai appris à utiliser certains logiciels comme Word, Excel, Publisher et PowerPoint. Je suis maintenant monitrice et je forme désormais des jeunes de la ville de Birao. Cela me rapporte de l’argent et me permet surtout de m’occuper de mes trois enfants. », a-t-elle confié.

Quant à Awa Missi, mère de 9 enfants, elle a souligné l’impact de sa formation en couture sur la scolarisation de ses enfants.  « J’ai trois enfants inscrits à l’école dont deux à l’université à Bangui. C’est moi qui m’occupe de leur scolarité. C’est grâce au projet CVR que j’arrive à bien m’occuper d’eux car les revenus que la couture me procurent m’aident à payer leur scolarité et à subvenir souvent à leurs besoins quotidiens. », a-t-elle dit.

Pour le chef de la section DDR, Julien Mpoyi, ces projets ont connu un grand succès grâce à une approche multidimensionnelle qui a contribué de manière substantielle à la stabilisation et à la consolidation de la paix dans la préfecture de la Vakaga.