Bienvenue aux Nations Unies

Défenseurs de la paix : le commandant Kakule Kapitu Jean Marie, la masculinité positive en République démocratique du Congo

Plus d’un million de soldats de la paix ont participé à des missions de paix sous le drapeau de l’ONU, mais ils ne sont pas seuls à œuvrer en faveur de la paix. Le maintien de la paix repose sur des partenariats solides et divers. À l’occasion de la Journée internationale des Casques bleus célébrée le 29 mai, nous vous présentons dans cette nouvelle série la voix de soldats de la paix et de partenaires à travers le monde.

Reportage : Carine Tope / Édité par : Maya Kelly

Le commandant Kakule Kapitu Jean Marie est un officier de la Police Nationale Congolaise. Il figurait parmi les quelque 60 participants issus de la Police Nationale Congolaise, des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la société civile, qui ont assisté à un atelier de sensibilisation organisé par la MONUSCO, la mission de maintien de la paix des Nations Unies, sur la promotion de la masculinité positive. La masculinité positive est une approche innovante qui encourage les hommes à prendre part aux efforts visant à faire progresser l’égalité des genres et à prévenir la violence sexuelle et sexiste, en faisant d’eux des alliés. Le mandat de la MONUSCO consiste à prévenir les violences sexuelles liées aux conflits en République démocratique du Congo et à y remédier, ainsi qu’à protéger les civils contre les violences sexuelles et sexistes et à soutenir la participation des femmes aux processus politiques et de paix. La mission met en œuvre une multitude de projets et d’activités à l’appui de ce mandat.

« La masculinité positive est un ensemble de comportements adoptés par les hommes qui s’opposent à la violence contre les femmes et les filles. Un homme en faveur (de l’égalité) des genres est un modèle, un homme de référence, un promoteur de l’égalité des genres et un praticien de la masculinité positive.

Depuis que j’ai suivi la formation sur la masculinité positive de la MONUSCO, j’ai approfondi mes connaissances en la matière. Je suis devenu un formateur spécialisé sur ce sujet et les thèmes connexes. Dans mon service, je suis devenu une personne ressource pour les questions de genre. Et comme je dois montrer l’exemple, je dois changer ma propre mentalité et travailler sur mon ego masculin. Au travail, dans ma communauté et à la maison avec ma famille, je suis un homme en faveur de l’égalité des genres. Au bureau, je n’ai plus aucun problème à obéir et à exécuter les ordres de ma patronne, qui est une femme, ce qui pose problème à de nombreux collègues (de genre masculin). Au niveau professionnel, je traite mes collègues de genre féminin avec respect.

Un modèle masculin de masculinité positive est un homme qui, par son comportement, convainc les autres de promouvoir eux aussi l’égalité des genres et de sensibiliser le public aux comportements et attitudes nuisibles.

Dans ma communauté, chaque fois que j’en ai l’occasion, je n’hésite pas à parler aux autres hommes des avantages que présente la pratique de la masculinité positive. Je pense que ce sont les habitudes et les coutumes de nos communautés qui constituent un obstacle, voire un alibi, autorisant de nombreuses personnes à [perpétuer] la masculinité toxique.

Un homme qui promeut la masculinité positive est un véritable moteur du changement. Je poursuis mes efforts pour devenir un modèle et un homme qui sert d’exemple aux autres pour qu’ils changent réellement de comportement et bannissent toute forme de discrimination fondée sur le genre. »