Bienvenue aux Nations Unies

La police de la MONUSCO sensibilise les élèves sur les violences basées sur le genre

Uvira, le 7 mars 2018 - Une cinquantaine d’élèves de l’institut scolaire KAHELELE, accompagnés de leurs enseignants, ont écouté les officiers de la police des Nations Unies (UNPOL) sur les thèmes de la lutte contre l’insécurité dans la cite d’Uvira et sur les violences sexuelles basées sur le genre. Cette activité de sensibilisation, qui vise à prévenir les violences, se situe dans le cadre du mandat de protection des populations.

L’équipe de trois officiers de la police des Nations Unies a d’abord communiqué sur la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre. Il a ensuite exposé sur les activités de la Stratégie Opérationnelle intégrée de Lutte contre l’Insécurité à UVIRA (SOLIUV). A ce titre, Les policiers de la MONUSCO ont expliqué les objectifs poursuivis en mettant en place la SOLIUV, avant d’échanger sur la notion de sécurité et la protection des personnes et leurs biens, notamment dans le cadre de la lutte contre l’insécurité dans la cité d’UVIRA et ses environs.

Cette séance a été suivie par une sensibilisation sur l’utilisation des numéros verts mis en place avec le concours de la MONUSCO pour permettre à la population de communiquer rapidement avec la police sur des cas d’insécurité.

Tour à tour, les officiers de police des Nations des nations Unies KERE COMPAORE Noelie, TARBANGDO Kouka Paul et ALMOMANY Mohammad se sont transformés en pédagogues, trois heures durant, pour expliquer aux jeunes apprenants comment éviter d’être victimes et aussi comment dénoncer et rapporter des cas d’insécurité ou de violences dans leurs quartiers.

A la fin des échanges, l’équipe de la MONUSCO a exhorté l’assistance à une franche collaboration avec la Police et à la dénonciation de tout fait suspect avéré dont ils auraient connaissance.

 

 

La police des Nations Unies s’entretenant avec les élèves de l’institut Kahelele sur les violences sexuelles basées sur le genre et la lutte contre l’insécurité à Uvira. Photo MONUSCO/UNPOL-UVIRA