Bienvenue aux Nations Unies

Prix de la défense de l'égalité des genres

Le Prix du Militaire des Nations Unies de l’année pour la défense de l’égalité des genres reconnaît le dévouement et les efforts d’un soldat de la paix dans la promotion des principes de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Créé en 2016 par le Bureau des affaires militaires du Département des opérations de paix (DPO), le Prix du Militaire de l’année pour la défense de l’égalité des genres est une marque de reconnaissance envers un soldat de la paix ayant le mieux intégré une perspective de genre dans les activités de maintien de la paix. Chaque année, le lauréat est sélectionné parmi les candidats nommés par les Commandants de la force et les Chefs des missions de toutes les opérations de paix.

Lauréates du prix 2020 : Commandante Steplyne Nyaboga (Kenya)

La Commandante kenyane Steplyne Nyaboga, conseillère militaire en matière de genre affectée à notre Opération hybride Union africaine-Nations Unies (MINUAD) au Darfour de 2019 à 2021, a reçu le Prix du Militaire des Nations Unies 2020 pour la défense de l’égalité des genres. Durant son service dans le cadre de la MINUAD, la Commandante Nyaboga a sensibilisé les personnes sur le terrain aux dynamiques de genre afin d’intégrer une perspective sexospécifique au sein des forces armées. En tant que conseillère en matière de genre, la Commandante Nyaboga a traité les problèmes de sécurité spécifiques aux femmes du Darfour en s’engageant dans des actions de sensibilisation aux questions de genre auprès des communautés locales. Ses efforts ont permis d’augmenter et d’améliorer les mesures de protection des civils mises en œuvre dans le cadre de la mission MINUAD.

Lauréates du prix 2019 : la Major Suman Gawani (Inde) et la Commandante Carla Monteiro de Castro Araujo (Brésil)

La Major Suman Gawani, officière indienne ayant servi comme soldat de la paix au sein de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), et la Commandante Carla Monteiro de Castro Araujo, officière de la marine brésilienne ayant servi comme conseillère militaire pour l’égalité des genres et la protection au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), ont conjointement reçu le Prix du Militaire des Nations Unies de l’année 2019 pour la défense de l’égalité des genres. Au cours de sa période de service au sein de la MINUSS, Suman Gawani s’est efforcée d’intégrer les perspectives de genre dans la planification des missions et les opérations militaires. Elle a également participé à plusieurs forums des Nations Unies afin de souligner à quel point les perspectives de genre contribuent à la protection des civils. Elle a, par ailleurs, formé les forces du gouvernement sud-soudanais à la question des violences sexuelles liées aux conflits. Tout au long de sa période de service, débutée en avril 2019, Carla Monteiro de Castro Araujo a élaboré et dirigé un programme comprenant des aspects liés au genre et à la protection. Cette initiative a conduit à une augmentation considérable du nombre de points focaux pour les questions de genre et de protection de l’enfance au sein de la MINUSCA.

Lauréate du prix 2018 : la Lieutenante-Commandante Marcia Andrade Braga (Brésil)

La Lieutenante-Commandante Marcia Andrade Braga, officière de la marine brésilienne servant au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), a reçu le Prix du Militaire des Nations Unies de l’année 2018 pour la défense de l’égalité des genres. Dans le cadre de sa fonction, Marcia Andrade Braga a prôné le recours aux équipes mixtes pour mener des patrouilles de proximité en République centrafricaine. Elle a également contribué à la création d’un réseau de conseillers et de points focaux pour les questions de genre au sein des unités militaires de la MINUSCA. Les équipes de liaison qu’elle a constituées ont permis de recueillir des informations déterminantes sur les besoins en matière de protection des civils. En outre, en veillant à donner la priorité à la parole des femmes centrafricaines, la Lieutenante-Commandante Braga a vivement encouragé le dialogue avec les collectifs de femmes locaux. 

Lauréate du prix 2017 : la Major Seitebatso Pearl Block (Afrique du Sud)

La Major Seitebatso Pearl Block, officière sud-africaine qui a servi au sein de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), a reçu le Prix du Militaire des Nations Unies de l’année 2017 pour la défense de l’égalité des genres. Au cours de sa période de service en tant que spécialiste des activités d’information au sein de la MONUSCO, Seitebatso Pearl Block a créé une campagne SMS sur les violences sexuelles liées aux conflits. Elle a aussi fréquemment échangé avec la population congolaise afin de mieux comprendre ses besoins. La Major Seitebatso Pearl Block a œuvré en faveur de l’intégration des discussions sur la dynamique de genre dans le cadre de la mission de maintien de la paix. Cette initiative a finalement conduit au développement, par la composante militaire, de projets de mobilisation de la population qui portaient, en priorité, sur l’inclusion. 

Lauréate du prix 2016 : la Major Aichatou Osmane Issaka (Niger)

La Major Aichatou Osmane Issaka, officière nigérienne qui a servi au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), a reçu le Prix du Militaire des Nations Unies de l’année 2016 pour la défense de l’égalité des genres. Elle a servi au sein de la MINUSMA en tant que capitaine du groupe de la coopération entre civils et militaires dans la ville de Gao. Aichatou Osmane Issaka a consacré la majeure partie de son temps au développement de projets à effet rapide, qui ont permis d’aider la population locale, et notamment les femmes et les filles. Elle a consacré beaucoup de temps à la formation de ses confrères officiers d’état-major et aux échanges avec les femmes locales, renforçant ainsi les liens entre les Nations Unies et la communauté d’accueil. La Major Issaka a également participé à des patrouilles qui, autrement, auraient été composées uniquement d’hommes, rendant ainsi les Casques bleus plus accessibles et moins impressionnants auprès des femmes et des enfants de Gao.