Welcome to the United Nations

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the killing of a UN peacekeeper in the Central African Republic

17 May 2018

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the killing of a UN peacekeeper in the Central African Republic

The Secretary-General condemns the attack on 17 May by presumed anti-Balaka elements on a United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the Central African Republic (MINUSCA) escorted convoy in the southeast of the country. The attack resulted in the killing of a peacekeeper from Mauritania and the wounding of eight others.

The Secretary-General offers his deepest condolences to the family of the bereaved, as well as to the Government of Mauritania. He wishes a swift recovery to the injured.

The Secretary-General recalls that attacks against United Nations peacekeepers may constitute a war crime and calls on the Central African Republic authorities to investigate them and swiftly bring those responsible to justice.

The Secretary-General reiterates the determination of MINUSCA to protect civilians and contribute to the stabilization of the Central African Republic.

Farhan Haq, Deputy Spokesman for the Secretary-General

New York, 17 May 2018

***

 

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur la mort d'un Casque bleu de l’ONU en République centrafricaine

Le Secrétaire général condamne l’attaque, le 17 mai, par des membres présumés anti-Balaka, contre un convoi escorté par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) dans le sud-est du pays. L'attaque a entrainé la mort d'un soldat de la paix de Mauritanie et en a blessé huit autres.

Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances à la famille de la victime, ainsi qu'au Gouvernement de Mauritanie. Il souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

Le Secrétaire général rappelle que les attaques contre les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre et appelle les autorités centrafricaines à enquêter sur ces cas et à traduire rapidement les responsables en justice.

Le Secrétaire général réitère la détermination de la MINUSCA à protéger les civils et à contribuer à la stabilisation de la République centrafricaine.

 

Farhan Haq, porte-parole adjoint du Secrétaire général

New York, le 17 Mai 2018

https://www.un.org/sg/en/content/sg/statement/2018-05-17/statement-attri...